Vous êtes ici : Accueil > Historique

Historique

Création de la Bibliothèque de Châteaudun et du fonds révolutionnaire

C'est à la Révolution française que l'on doit la création de la bibliothèque de Châteaudun. En 1794, la Convention nationale décrète que les livres appartenant aux maisons religieuses et aux émigrés condamnés seront mis en dépôt au chef-lieu de chaque district. 
A
Châteaudun, les confiscations proviennent des riches abbayes de la Madeleine à Châteaudun et de Saint-Florentin à Bonneval, ainsi que du château de Rambouillet.
Mais à la suite d'une mauvaise surveillance de ce dépôt, seuls 6061 volumes rejoignent les combles de la sous-préfecture, où ils restent oubliés dans un grand désordre pendant plus de 25 ans.
Ce n'est que le 2 juin 1817 qu'un arrêté préfectoral concède ces livres à la ville de Châteaudun en vue de l'établissement d'une bibliothèque municipale. Des 6061 ouvrages déposés à la sous-préfecture, 5181 sont choisis pour alimenter cette nouvelle institution qui s'installe dans une salle du collège (alors situé rue Toufaire). La bibliothèque de Châteaudun est définitivement classée bibliothèque publique de France le 27 décembre 1817 par le Ministère de l'Intérieur.
Ce fonds original est aujourd'hui reconstitué et baptisé "Fonds révolutionnaire". Il contient essentiellement des ouvrages de théologie datant du XVe au XVIIIe siècle.
R
apidement, la Bibliothèque de Châteaudun s'enrichit grâce à des concessions d'Etat et à de nombreux dons et legs de particuliers. Parmi eux, citons les deux principaux : M. Isambert et M. Louvancour, qui ont donné leur nom aux fonds constitués de leurs ouvrages.

Le fonds Isambert




Les 5 365 ouvrages imprimés et manuscrits qui composent le fonds Isambert ont été donnés par la veuve de M. Gustave Isambert (maire de Saint-Denis-les-Ponts et député de l'arrondissement de Châteaudun de 1893 à 1902) à la Bibliothèque le 10 août 1903. Il s'agit essentiellement d'écrits littéraires, poétiques ou de théâtre du XIXe siècle, auxquels s'ajoutent des documents parlementaires, politiques et économiques. Beaucoup de ces livres ou brochures sont dédicacés par les auteurs et les éditeurs. Nous possédons ainsi le roman Bel Ami signé de la main de Maupassant.

Le fonds Louvancour

 


L'importante bibliothèque que M. Alexis Louvancour (notaire honoraire à Chartres, originaire de Montigny-le-Gannelon) légua à la ville de Châteaudun en 1875 comprend 6 000 livres, brochures et pièces manuscrites du XVIe au XIXe siècle. La rareté de certains ouvrages et la qualité des reliures et des gravures donnent une grande valeur au fonds Louvancour, qui comprend notamment l'édition originale de La Description de l'Egypte tirée à 1 000 exemplaires en 1809.